Chronologie des gestes à poser lors d’un bivouac en région sauvage - Blogue de Rando Québec
Chronologie des gestes à poser lors d’un bivouac en région sauvage

Bon, ça y est, vous avez trouvé le site idéal pour passer la nuit en région sauvage, en respectant les critères proposés dans Bien choisir un emplacement de bivouac en milieu sauvage. Et maintenant, quoi faire? Par où commencer?

 Avant de partir :

  • Vérifiez l’indice de dangerosité des feux de forêt sur le site Sopfeu pour vous assurer qu’il n’y a pas d’interdiction de faire un feu à ciel ouvert dans ce secteur.
  • Repérez la position des points d’eau pour ne pas être pris au dépourvu.
  • Sur le sentier, lors des derniers kilomètres, pensez à refaire un approvisionnement d’écorce de bouleau et/ou autre allume-feu en marchant.
  • Arrêtez-vous à temps pour bénéficier de la clarté du jour afin de vous installer : une à deux heures avant le coucher du soleil, selon le type d’abri, la saison, l’expérience et le nombre de randonneurs.

Que peut-on laisser en quittant le lieu de bivouac?

« Rien, et des remerciements. » – Baden-Powell, fondateur du scoutisme

Sur place :

  • La première action à poser est d’installer l’abri. Déterminez son orientation en positionnant l’ouverture à l’est, de façon à vous protéger des vents dominants, habituellement du nord et de l’ouest.
  • Pour une tente ou une bâche, étendez la toile de fond au sol et allongez-vous pour déceler une pente éventuelle. Pour un hamac, évaluez l’espacement requis entre deux arbres en le mesurant avec les deux bras tendus prolongés des bâtons de marche tenus à l’horizontale, ou encore une distance de 5 bons pas d’un arbre à l’autre.
  • Installez l’abri et déposez-y le sac à dos.
  • Profitez de la clarté pour trouver un endroit propice où suspendre le sac à ours, et préparez la ligne sans y accrocher tout de suite le sac de nourriture.
  • Exécutez une corvée de bois, en rapportant d’abord le bois mort qui se trouve au point le plus éloigné : lorsque la noirceur arrivera, s’il en manque, il sera plus facile d’en trouver aux alentours immédiats du rond de feu.
  • Puisez toute l’eau requise jusqu’au lendemain matin. Pensez à la filtrer et la purifier au besoin.
  • Débitez le bois et entassez-le selon la grosseur, à quelque distance du camp pour le repas et plus près de l’abri pour la soirée et peut-être pour la nuit.
  • Allumez le feu de cuisson, préparez et dégustez le repas, puis lavez les gamelles et ustensiles, tout cela à quelque distance du lieu de couchage.
  • Veillez à éteindre soigneusement le feu du repas, après avoir récupéré des braises pour allumer plus facilement le feu de nuit.
  • Réunissez tout ce qui a une odeur (y compris les déchets et articles de toilette) dans le sac à ours, et le suspendre à la ligne déjà montée.
  • Installez le couchage pour la nuit, allumez et entretenez le feu de chauffage si celui-ci est indispensable et, si possible, en organisant un tour de garde. Sinon, éteindre soigneusement le feu, en piétinant les braises et y versant une bonne quantité d’eau.

Le lendemain : 
Après avoir démonté l’abri et préparé votre sac pour continuer votre randonnée

  • Dispersez le bois ramassé qui n’a pas été brûlé.
  • Ne laissez aucun bout de corde sur les arbres ni le bois mort, aucune trace de votre passage.
  • Dispersez les pierres ayant formé le rond de feu, enterrez les cendres froides.

Que peut-on laisser en quittant le lieu de bivouac? Baden-Powell, fondateur du scoutisme, disait : « Rien, et des remerciements ».

En région sauvage, nos remerciements iront… à la nature elle-même.

teacher sbd

teacher sbd

Enfant, c’est en famille qu‘elle a connu le camping rustique et les promenades en forêt. Adolescente, elle emmenait son équipe de guides dans les bois au moindre congé. Adulte, c’était les camps, les excursions, les couchers à la belle étoile avec ses guides et avec ses amies. Puis son mari et ses deux enfants sont arrivés, elle les a initié aux plaisirs de la vie dans la nature, tout en poursuivant une carrière de prof d’anglais au primaire. La longue randonnée en autonomie, elle en rêvait depuis le premier lean-to du SIA aperçu quand elle avait 9 anset c’est principalement sur l’incomparable Sentier national qu‘elle poursuit ce rêve encore et encore. 

Découvrez sa chaîne youtube http://bit.ly/2vLghRC

Total
25
Partages