5 raisons de visiter l'Isle-aux-Grues | Explorez | Blogue de Rando Québec
5 raisons de visiter l’Isle-aux-Grues

L’archipel de l’Isle-aux-Grues compte pas moins de 21 îles, mais l’Isle-aux-Grues est la seule qui soit habitée à l’année. Saviez-vous également qu’elle est l’une des deux îles de l’archipel qui ne soit pas privée? Voici 5 raisons de venir visiter ce havre de paix bordé par le Saint-Laurent.

1. Découvrir l’île à pieds

De petite taille, l’Isle-aux-Grues mesure 10 km de longueur et 4 km de largeur. Cela en fait un lieu de prédilection pour les marcheurs et les cyclistes qui ont envie de troquer la voiture pour du transport actif… De plus, un traversier effectue le transport gratuitement pendant l’été. Pourquoi ne pas laisser la voiture derrière? Les randonneurs se régaleront à la Pointe-aux-Pins de la Réserve naturelle Jean-Paul Riopelle. On y découvre 3 km de sentiers à travers une magnifique forêt luxuriante comportant, entre autres, des érables tricentenaires.

2. Observer des oiseaux rares

Lieu de passage pour les oies des neiges, les amateurs de nature et d’oiseaux seront charmés au printemps et à l’automne par la quantité impressionnante d’oies qui passent s’y nourrir dans le marais à scirpe, une plante appréciée par plusieurs oiseaux. On retrouve plus de 250 espèces d’oiseaux à l’Isle-aux-Grues dont la Pygargue à tête blanche, le Hibou des marais, le Goglu des près et plus encore… On raconte même que l’Isle-aux-Grues aurait été nommé à tort par les explorateurs français croyant apercevoir une Grue, qui aurait plutôt été un Grand Héron, un oiseau commun sur l’archipel.

3. Manger de l’Esturgeon noir

L’esturgeon noir est le plus gros poisson d’eau douce de la côte est de l’Amérique du Nord. Sa population est encore menacée, mais la pêche est permise à des périodes précises de l’année. Fait intéressant, il vit et se développe en eau saumâtre (eau douce se mélangeant à l’eau salée de l’océan) et salée, mais c’est en eau douce qu’il se reproduit. À Les Maisons du Grand Héron, on peut déguster l’esturgeon noir au restaurant La Goulue dans un plat du souper ou encore fumée dans un bon grilled cheese accompagné de fromage issu de la fromagerie de l’île!

 

4. Découvrir les trésors du Haut-Marais

En empruntant la route Chemin du Roi vers les battures à pieds ou à vélo, on découvre des paysages magnifiques et champêtres, avec en arrière-plan les montagnes de la Petite-Rivière-Saint-François et Charlevoix.  On comprend tout de suite pourquoi des artistes comme Jean-Paul Riopelle et Marc Séguin se sont épris de ce décor et de l’île aux Oies, laquelle se trouve reliée à l’Isle-aux-Grues par les battures. Au bout de la route asphaltée, on peut emprunter un chemin parmi les hautes herbes bordées de fleurs sauvages comme la Vesce Jargeau et la Chicorée sauvage. Découvrez-en encore plus sur l’histoire de l’île grâce à des panneaux d’interprétation placée en bordure de route un peu partout.

5. Marcher sur la grève

Il n’y a rien de mieux qu’une petite échappée sur la grève pour apprécier au maximum le décor insulaire. À marée basse, les rives rocheuses se dévoilent dans des teintes de gris et de rouge. Près de la Pointe-aux-Pins, on peut y descendre et observer au loin l’île Ronde et l’île au Cheval.

Dominique Caron

Dominique Caron

Après un baccalauréat en communication, Dominique flirte longtemps (et encore aujourd’hui) entre le monde du plein air et de la culture. D’origine abitibienne, c’est à Montréal qu’elle complète son DESS en journalisme et se lance dans la belle aventure de la vie de pigiste. Elle pratique aussi la photographie, d’ailleurs ses amis lui reprochent souvent de prendre un peu trop de photos (et de poser trop de questions) Dominique est responsable du contenu chez Rando Québec.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*